Jean Louis Gade
Directeur artistique et chorégraphe

Né le 5 décembre 1975, il grandit en Côte-d’Ivoire où il s’imprègne dès son plus jeune âge de la magie de la danse et du chant dans la pure tradition de la terre d’Afrique. Devenu danseur professionnel puis très vite chorégraphe, il porte ses spectacles au rang de la création, faisant partager sa force et son énergie à un public conquis.

Son parcours en tant que soliste au sein de prestigieux ballets africains - N’Zo Ballets, Village Ki-yi, Djolem, Ballet national de Côte d’Ivoire - lui donne la maîtrise d’un répertoire large et varié aussi bien dans la danse traditionnelle ivoirienne que mandingue. Les tournées artistiques s’enchaînent en Afrique, France, Suisse, Grèce, Égypte et Espagne.

Grâce au brassage ethnique qu’il rencontre dans les différentes troupes, il forme en 1994 avec les anciens du Djolem, la compagnie Yelemba avec laquelle il sillonne les différents continents. En France, il prend part au Festival d’été de Nantes en 1996 et la même année au Festival du cinéma africain d’Angers. En Côte d’Ivoire, il crée notamment Totem, sur le thème de la déforestation et La Fresque, un spectacle réunissant cinq cents artistes en hommage au Président Houphouët Boigny. L’année 1997 consacre sa participation au MASA : Marché des Arts et des Spectacles Africains, rendez-vous devenu annuel depuis son travail au sein du Djolem.

Installé en Alsace depuis 1997, il s’associe avec d’autres artistes -danseurs et musiciens- et fondent la compagnie Dankan où il intervient en tant que chorégraphe, metteur en scène et danseur. Il signe plusieurs créations dont, La Parole des ancêtres. Animé par le désir de partager et transmettre son art, il commence à dispenser avec enthousiasme des cours de danse africaine et afro contemporain. Il privilégie une pédagogie qui allie rigueur et précision, énergie et grâce. Son exigence est la marque d’un enseignement de qualité qui suscite un échange stimulant avec ses élèves instaurant une dynamique réelle de travail.

En 2001, il fonde sa propre compagnie Wambelê et crée, en 2002, le spectacle Les Initiés, présenté à Strasbourg dans le cadre des Rencontres Européennes consacrées à la solidarité internationale. En constante évolution, sa pratique artistique se renouvelle et se singularise par son travail de réflexion sur la danse africaine contemporaine. pièce chorégraphique pour cinq danseurs sur la mystérieuse alchimie du mélange. En 2004, il présente Bin Keleman, où il s’interroge sur l’identité et questionne le rapport à l’Autre. En 2007, il revient avec le solo Pile et Face, Il s’initie alors à de nouvelles gestuelles dont le jazz, le hip-hop et la capoeira. En mai 2008 est présentée la quatrième création de la compagnie, pièce pour deux danseurs et deux musiciens, intitulée N’Djote.

En septembre 2011, la compagnie Wambelê devient Gade Compagnie. Elle reste basée à Strasbourg.

Toujours soucieux d’enrichir sa pratique pédagogique, il anime des ateliers de découverte pour des enfants. Ces ateliers sont l’occasion pour eux de voyager au cœur de l’Afrique à travers ses danses, ses chants et plus encore de s’ouvrir à la pratique d’instruments nouveaux et à celle de l’expression corporelle. Il finalise ce travail avec les enfants par la représentation de spectacles. En parallèle et régulièrement, il organise des stages d’initiation et de perfectionnement en danse africaine et afro contemporain en Europe et en Afrique

Il défend et revendique une créativité à la fois forte, originale et personnelle, témoignage de la nouvelle création artistique africaine, libre, inventive et ouverte sur le monde.

Navigation : Skip Navigation LinksGade Compagnie // Jean Louis Gade